DIMITRI DE ROUDNEFF - Newsletter OIP Février 2016

Tout arrive ...


Je me faisais l’écho lors de la présentation du « Baromètre de l’immobilier » du premier semestre 2015, de la volonté supposée du gouvernement de revoir à la baisse, voire de supprimer, certains dispositifs d’aides à la pierre, en cette période de rigueur budgétaire.

 

Les récentes annonces de ce dernier sur le Prêt à Taux Zéro m’ont donné tort… et je m’en réjouis ! La proximité des élections présidentielles et législatives, en 2017, n’est sans doute pas étrangère au renforcement de cette mesure destinée à favoriser, depuis le 1er janvier 2016, l’accession à la propriété de « la majorité des locataires » et en particulier des ménages les plus modestes.

 

A moins que le gouvernement n’ait enfin entendu les professionnels, qui lui rappellent depuis des années que les aides à la pierre rapportent plus à l’Etat et à la collectivité, en termes d’emplois et de rentrées fiscales, qu’elles ne lui coûtent. Calcul politique ou pas, il s’agit dans tous les cas d’une excellente nouvelle pour l’ensemble des professionnels de l’immobilier.

 

En premier lieu, parce que chaque amélioration du dispositif du PTZ entraîne une resolvabilisation des primo-accédants et, par contrecoup, une hausse significative du volume de transactions dans le neuf, l’ancien ou celui de la maison individuelle.

D'autre part parce que, couplée à la baisse des prix et des taux d'intérêt encore très bas, cette nouvelle mouture du PTZ devrait, en toute logique, prolonger la dynamique enregistrée depuis le dernier trimestre 2014 par la quasi-totalité des acteurs du marché de l'immobilier.

 

Inscription Newsletter

Enregistrez votre email pour recevoir les dernières informations sur l'OIP